Château Saint-Georges Côte Pavie

Saint-Émilion Grand Cru Classé

Retrouvez-nous sur Facebook

Millésime 2009

Millésime 2010

Millésime 2011

Millésime 2012

Millésime 2013

La réputation d'un millésime de bordeaux, lors de sa sortie, tient à la fois à la qualité potentielle des vins et à l'attente du marché. Après un bel été et de magnifiques vendanges, le 2009, arrivant dans une économie internationale convalescente, suscite tout de même un intérêt certain.

L’hiver rigoureux se poursuit par un mois de mars ensoleillé et doux permettant une reprise précoce de la végétation. Après un printemps particulièrement humide, l’installation rapide de l'été a permis à la floraison de se dérouler dans d'excellentes conditions la première quinzaine de juin. Un très bel été ou soleil, chaleur et sécheresse dominent permet d'atteindre sereinement l'optimum de la maturité.

L’état sanitaire exceptionnel et la stabilité des conditions anticycloniques ont permis d'attendre sans crainte la maturité optimale des raisins rouges. La récolte des merlots débuta le 2 octobre. Les cabernets furent vendangés le 9 octobre.

Avec un rendement de 36 hl/ha, les 2009 ont une couleur profonde, un fruit éclatant et un boisé épicé. La qualité et la suavité des tanins, signent une grande année dans laquelle le terroir s'exprime avec la plus haute définition.

24 000 bouteilles environ ont été mises le 2 mai 2011.

Presse

Wine Spectator : 84-87

 Jancis Robinson : 16

 Decanter : 17,38 (****)

Robert Parker : 88-91 ; 89+

 

Bettane & Desseauve : 15,5

Bernard Burtschy : 89-91

Guide Hachette : *

Après 2009, tellement attendu, réussi et à juste titre, couvert de louanges, la nature pouvait- elle offrir, l'année suivante, un autre grand millésime à Bordeaux ? On peut maintenant affirmer que, oui certainement, 2010 sera grand et même très grand.

Marqué par trois vagues de froid, mi-décembre, début janvier et mi-février, l'hiver 2010 fut aussi gris, long et rigoureux. Après ces frimas, le débourrement advint vers le 10 avril, la vigne combla ensuite rapidement ce retard grâce à un mois d'avril radieux, remarquablement sec, ensoleillé et chaud. Avec un mois de juillet chaud, ensoleillé et sec, la vigne a pu en partie rattraper le retard observé au moment de la floraison.

Fin septembre, l'automne commence à s'installer avec ces nuits fraîches et des journées ensoleillées sans précipitations. Ce climat de rêve se prolonge jusque mi-octobre permettant aux cabernets de mûrir pleinement et d'atteindre un degré d'anthocyanes extractible très prometteur.

Des vendanges idéales du début à la fin permettant de cueillir chaque cépage et parcelle à sa maturité phénolique optimum. La récolte des merlots débuta le 28 septembre. Les cabernets furent vendangés le 13 octobre.

Avec un rendement de 33 hl/ha, les 2010 ont couleur profonde, la complexité et l'intensité de leur fruit, leur fraîcheur et leur densité tannique laissent déjà imaginer leur énorme potentiel.

22 000 bouteilles environ ont été mises le 3 et mai 2012.

Presse

Decanter : 17 (****)

Jancis Robinson : 16

 

Jacques Dupont – le Point : 17

Guide Hachette : *

Avec sa précocité inaccoutumée, 2011, offre une climatologie étrange dont les conséquences étaient imprévisibles.

Après une vague de froid et des épisodes neigeux en décembre 2010, l’hiver 2010-2011 sera surtout marqué par un temps doux et sec. Remarquablement groupée, la floraison fut terminée en 10 jours. Evidemment, il n’y eut ni coulure ni millerandage.

La maturation fut lente et irrégulière, avec un mois d’août presque automnal puis un mois de septembre particulièrement chaud et sec

La récolte des merlots débuta le 15 septembre. Les cabernets furent vendangés le 27 septembre.

Le millésime 2011 n’a donc pas été un millésime facile et a occasionné une certaine hétérogénéité demandant, des travaux en vert, de tri et de sélections essentielles pour réaliser un bon millésime.

Avec un rendement de 38 hl/ha, les 2011 ont une couleur franche et un fruit d’une belle fraicheur. La qualité des tanins, signe un millésime dans lequel la qualité du terroir joue pleinement son rôle.

26 000 bouteilles environ dont 3 000 bouteilles de Côte madeleine ont été mises le 3 et 4 juin 2013.

Presse

Revue des vins de France : réussite exceptionnelle

Jacques Dupont – le Point : 15/15,5

Guide Hachette : *

Même si elles ne furent pas idéales au printemps et en automne, les conditions climatiques de 2012 permettaient certainement de faire de bons, voire de très bons vins mais pas sans efforts ni sacrifices.

Plutôt tardif, marqué par un printemps désespérément humide, un été exceptionnellement sec, un automne perturbé, imposant des vendanges rapides, 2012, est l’antithèse de 2011, année précoce, dont l’été advint au printemps, s’éclipsa en juillet-août pour ne reparaître, radieux, qu’aux portes de l’automne.

La récolte des merlots débuta le 4 octobre. Les cabernets furent vendangés le 11 octobre.

Le millésime 2012, tout comme le précédent n’a donc pas été un millésime facile et a demandé beaucoup de soin dans les travaux en vert, de tri et de sélection.

Avec un rendement de 39 hl/ha, les 2012 ont une couleur profonde et un fruit d’une belle fraicheur. La suavité des tanins des merlots, est déterminante dans la qualité de l’assemblage.

26 000 bouteilles environ dont 2 000 bouteilles de Côte madeleine ont été mises le 26 et 27 juin 2014.

Presse

Jacques Dupont – le Point 14,5

Guide Hachette

Finaliste des coups de coeur, ce 2012 paré d'une éclatante robe bordeaux, livre un bouquet fin de fruits mûrs, de violette et de merrain bien chauffé aux accents toastés. Une attaque nerveuse ouvre sur un palais ample, dense, puissant, fruité et souligné par une belle fraîcheur qui signe le terroir et apporte un surcroît d'élégance et de longueur ( * * ).

Bientôt Le millésime 2013…

Infos légales

L'abus d'alcool est dangereux pour la santé - Consommez avec modération

 

Création : Dominique Touron : www.touron.fr